top of page

Vers la fin des engrais, tisanes et autres préparations auto-produites?

Avec la montée en puissance de la viticulture biologique et biodynamique, de nombreux vignerons français ont choisi de produire eux-mêmes leurs engrais, levures indigènes et tisanes. Une démarche qui leur offre une meilleure maîtrise de leurs intrants et réduit leur empreinte carbone. Cependant, cette orientation a conduit à une diminution des ventes pour les grandes entreprises de produits phytosanitaires.


En réponse, une nouvelle réglementation voit le jour. Dès juin 2024, les vignerons devront s'approvisionner exclusivement auprès de laboratoires désignés par l'État pour l'ensemble de leurs besoins, de la culture de la vigne à la vinification. De plus, ces produits seront traités chimiquement pour s'assurer qu'ils respectent les cahiers des charges biologique et biodynamique. Les noms des laboratoires choisis seront dévoilés en février 2024.


Mais cette annonce suscite déjà de vives critiques. Pour beaucoup, c'est une atteinte à la liberté de production et une opportunité pour les géants de la chimie de se réaffirmer.


Qu'en pensez-vous? Partagez votre avis ou relayez cette information à un vigneron concerné pour l'aider à anticiper ces changements.

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note

DÉCOUVREZ NOTRE SÉLÉCTION

bottom of page