top of page

Sommelier en fêtes : Entre conseils, diplomatie et verres de survie

C’est avec un sourire mi-amusé, mi-fatigué que je vous livre aujourd’hui mon témoignage, celui d’un sommelier confronté à la frénésie des fêtes de fin d'année. Cette période, bien que festive, peut se transformer en véritable parcours du combattant pour nous, professionnels du vin. Entre choix des crus, conseils à des proches aux connaissances en vin pour le moins... hétérogènes, et diplomatie œnologique, voici un petit guide de survie à l’usage de mes confrères et consœurs.


Premier acte de cette comédie des fêtes : la sélection des vins. Ici, il s’agit de jongler entre les goûts de chacun et la recherche d’harmonie avec les plats. Mon conseil ? Optez pour la diversité. Un bon mousseux pour l'apéritif, un blanc léger et un rouge charpenté pour le repas, et pourquoi pas, un petit liquoreux pour accompagner le dessert. Cela permet de satisfaire la majorité et d’éviter les débats interminables sur le choix du vin parfait.


Vient ensuite le cas épineux de Tante Jacqueline et de ses vieilles bouteilles poussiéreuses, exhumées de la cave pour l'occasion. Chaque année, la même question : “Mon petit, tu crois qu’elles valent quelque chose ?” Et chaque année, la même gymnastique pour expliquer, avec tact et douceur, que non, ce millésime oublié de Côtes-du-Rhône n’est pas le prochain Romanée-Conti. L'astuce ici est d’être honnête, tout en valorisant l’intention et le souvenir lié à ces bouteilles. “Elles ont plus de valeur sentimentale que monétaire, chère tante.”


Le troisième acte, et non des moindres, est celui de la diplomatie. Combien de fois ai-je dû acquiescer d’un “Oui, très bon choix !” quand on me présente un vin qui, honnêtement, ne m’enthousiasme guère. La période des fêtes n’est pas le moment de se lancer dans des critiques œnologiques poussées. Un sourire, un commentaire vague mais positif, et tout le monde est content. Après tout, le but est de célébrer ensemble, et non de transformer le dîner en dégustation critique.


Pour conclure, chers confrères sommeliers, rappelons-nous que les fêtes sont avant tout un moment de partage et de convivialité. Notre rôle, en tant qu’experts, n’est pas de juger mais de guider, d’accompagner, et parfois, de faire preuve d’une certaine souplesse. Après tout, la magie des fêtes réside aussi dans ces petites imperfections, ces choix de vins improbables et ces discussions animées autour d’une bouteille controversée. Joyeuses fêtes et bon courage !

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

DÉCOUVREZ NOTRE SÉLÉCTION

bottom of page